Et oui, le groupe VTT du Samedi a rechaussé ses baskets à crochets pour repartir dans la nature vivre sans complexe de nouvelles aventures…..

Tout d’abord, il y a Samedi dernier, non, pas le dernier, l’autre, le 16 Septembre.
Un groupe de 13 participants se forme sur le marché aux fleurs. Il y a les anciens qui se congratulent, heureux de se retrouver et les nouveaux, dirigés pour la plupart dans notre formation grâce aux bénévoles du club qui ont fait du bon boulot au forum des associations.
Après les présentations d’usage, nous décidons d’aller tester le circuit des 17 kilomètres de la future nocturne du club. Raoul, en bon blauzacois qu’il est, mène la danse, Gilles, en bon soldat, fait le serre-file et moi, en bon à rien, je navigue entre les deux. Bientôt, nous passons la première petite difficulté du jour, le pont romain. Guillaume est le seul à ne pas mettre pied à terre et il en est tout fier. On le comprend car il ne faut pas se louper sinon c’est le plongeon dans les Seynes. Et un plongeon sans eau, ça fait mal! Quelques hectomètres plus loin, nous nous retrouvons sur le parcours de la nocturne. Il faut grimper pour atteindre le sommet de la colline aux capitelles. Certains mollets prennent leur premier coup de feu, des dents grincent mais tout le monde se retrouve en haut. Ça n’est finalement pas si terrible que ça! Nous serpentons ensuite sur le sentier qui nous amène à l’emplacement de la grosse citerne DFCI. Au passage, nous saluons Nicolas qui fait un repas champêtre entre amis. Nous poursuivons notre progression jusqu’aux 3 capitelles où nous faisons une courte halte. Puis, toujours en suivant les sentiers, nous atteignons Blauzac. Dans le village, Raoul nous quitte un instant pour aller remplir la gourde de Catherine, nouvelle venue. Un peu de flottement s’installe. On ne sait plus qui attendre et où. Mais, finalement le groupe reconstitué reprend son chemin. Nous nous rapprochons de Vic, bifurquons à gauche juste avant de sauter la route et revenons à Blauzac, d’abord par le mono qui passe sous la Martre puis par celui qui passe dans les Clauses. Là, petite halte pour déguster nos biscuits. Les passages difficiles sont maintenant derrière nous et c’est à travers la plaine, au milieu des vignes, que nous regagnons le pont romain et ensuite notre point de départ.
Cette première sortie, pas très longue, a permis à chacun de se jauger en fonction de sa forme et des difficultés du jour. Quelques crampes sont apparues sur la fin, des crevaisons nous ont retardé un peu mais chacun est arrivé à Uzès content de sa journée et prêt à revenir pour un nouveau circuit. Quant au parcours du 17 kilomètres de la nocturne, il est validé.

Ensuite il y a la sortie de Samedi dernier, le vrai, celle du 23 Septembre.
Pour une fois, j’arrive au lieu de rendez-vous le premier. Enfin presque car je découvre Gilles faisant la couleuvre au soleil, allongé de tout son long sur le mur de soutènement du marché aux fleurs. Petit à petit la place se remplit, des anciens, des nouveaux, des jeunes. Quel bazard ! On n’arrive plus à se compter. Dans le cadre de leur entraînement physique, les ados du club viennent se joindre provisoirement à notre groupe encadrés par 3 costauds : Daniel, Raoul et Jean-Luc.
Nous partons tous ensemble et, c’est un petit peu la cohue. Mais, quel beau groupe, nous passons les 20 ! Nous nous dirigeons tout d’abord sur Montaren, traversons le village avant de nous engager dans la Carcarie. A la sortie, il n’y a plus Camille. Que se passe t-il donc? Nous l’attendons puis finalement nous repartons sans elle: elle a perdu une vis et ne peut plus continuer. Nous perdons aussi Gilles qui reste à ses côtés. Il est malin celui-là…..
Nous passons Serviers, le haut du village et entrons sur le mono qui mène jusque dans la Bouscarasse. Le groupe des ados nous quitte pour partir sur une boucle un peu plus longue. Nous atteignons bientôt le pont de Juston et prenons la direction du serre d’Aurilhac: les uns par le chemin normal, les autres par le mono qui fait mal aux pattes. Tout le monde se retrouve en haut. Après avoir soufflé un instant, nous suivons le parcours de la « vététruffes » qui passe par le clos des vaques jusqu’à proximité du mas de Laurent. De là, nous remontons sur la colline pour la redescendre par l’autre circuit de la « vététruffes » qui emprunte le chemin des conques. En alliant ainsi les 2 parcours, nous allongeons la sortie de quelques kilomètres. Ceci pourrait d’ailleurs faire l’objet d’une réflexion pour un troisième circuit optionnel de notre rando populaire du mois de Janvier prochain ?
Nous revenons à Uzès par le trajet classique: la traversée des Seynes au petit pont, le bout de route en direction des haras et le chemin qui vient aboutir derrière le mas Careiron.

A notre arrivée le soleil est encore radieux, la température est clémente. Alors pourquoi ne pas prendre un verre à la terrasse du café de l’esplanade. La voilà quelle est bonnnne cette idée !

_____________________