La boucle de Flaux :

Aujourd’hui c’est le retour de Françoise qui n’a pas roulé depuis 1 mois et demi suite à une côte fêlée après chute en VTT. Avec Catherine et Alain c’est un petit groupe de 3 qui s’en va faire un circuit du côté de Flaux.

Nous nous dirigeons dans la plaine, passons le Mas Laurent, Rocheferrand, la cave coopérative de Saint Siffret et atteignons bientôt le mont Oratoire. Nous le contournons par la droite pour aller à travers champs et vignes en direction des bois situés sur la route de Bagnols après le village de Saint Hyppolite de Montaigu. Là, nous prenons un chemin qui nous conduit vers le village de Flaux, exactement près du cimetière. Nous passons devant et prenons une petite route qui dessert une centaine de mètres plus loin une ou deux habitations. Un sentier y fait suite. Nous l’empruntons et débouchons au quartier de l’Archimbelle au-dessus de Flaux. Ensuite, par un monotrace bien sympa, nous atteignons le plateau et traversons la route Flaux-Valliguières. Nous évoluons sur les chemins jusqu’à nous retrouver dans la descente un brin chaotique de la combe du puits de Vayer. Cette dernière, lorsqu’on la suit jusqu’au bout débouche à Castillon à hauteur du mas de Rafin. Notre intention n’est pas d’aller aussi loin mais, de remonter ensuite par la combe de l’homme mort en direction de la Pierre Plantée. Le roulage dans la combe de Vayer, pour ceux qui la connaissent, est merveilleux, au milieu d’une végétation bien fournie qui maintient le lieu à l’ombre même en été. Mais, l’eau de pluie a tendance à y ruisseler et à y laisser ses traces : grosses flaques, ornières, pierriers. Les orages de l’automne dernier n’ont pas épargné l’endroit. Aussi nous ne tardons pas à nous retrouver dans la difficulté lorsque des cavités de 2 mètres ou plus de profondeur barrent le chemin sur plusieurs longueurs. Le passage, à pied, n’y est pas aisé mais il se fait tout de même. Nous rencontrons des chasseurs qui, tronçonneuses à la main, tentent de restaurer ce qui peut l’être. Leurs moyens sont les leurs propres: aucune aide des autorités publiques. Pas d’argent ! Alors qu’il s’en dépense inutilement ailleurs pour faire de véritables autoroutes forestières. Sans vouloir polémiquer, je me demande comment sont établies les priorités car les pompiers ne pourront jamais intervenir dans cette combe si rien n’y est fait et si le feu s’y déclare. Le début de la combe de l’homme mort s’est transformé avec les intempéries en un véritable pierrier dans lequel la progression est difficile et demande une grande vigilance au niveau du pilotage couplé à un pédalage nerveux. Revenus sur le plateau, nous roulons en direction de Saint Siffret. Avant le village, nous bifurquons à droite et descendons dans la plaine pour rentrer à Uzès par le chemin qui passe auprès du château de Plantéry.

Le circuit d’aujourd’hui s’est effectué pour une première partie dans la plaine, sans difficulté particulière, même si le vent  avait tendance à ralentir notre progression. L’autre partie s’est avérée plus délicate surtout lorsque nous avons abordé la descente dans la combe de Vayer. Mais le VTT sans difficulté n’est pas du VTT. Françoise a très bien tenu le choc malgré sa blessure et son manque d’entraînement. Catherine s’est montrée plus forte que la semaine dernière et plus habile dans les passages techniques. Les quelques 33 kilomètres que nous avons parcourus ensemble resteront un bon souvenir dans nos esprits.

_______________________