Cette saison, Alain apprécie beaucoup les sorties VTT du Samedi qu’il mène de main de maître. Voilà certainement pourquoi… Rouler avec des vététistes poilus qui sentent la sueur, ce n’est plus pour lui… Bonne année !
GrAlain
Sur les hauts du Montaigu :

Camille, Françoise, Nadine et Alain se retrouvent aujourd’hui au rendez-vous de l’esplanade pour la dernière rando de l’année.

Il fait enfin beau, pas de vent. C’est un jour à prendre de la hauteur. Nous partons en direction de Saint Siffret par le chemin qui longe la bordure des bois parallèlement à la route nationale de Bagnols/Cèze. Nous atteignons bientôt le village, le dépassons et continuons vers Flaux. A notre gauche s’étale la plaine. Dans le fond une masse obscure constituée de collines barre le paysage avec, en surplomb, l’immense, le majestueux Montaigu. Ancien oppidum, pris à tort par certains pour un volcan éteint, il domine toute la plaine environnante et offre au visiteur un magnifique spectacle panoramique. C’est lui que nous avons choisi de gravir aujourd’hui. Nous le contournons, un peu comme pour le prendre par surprise.

A mi-chemin, entre St. Siffret et Flaux, juste avant le Mas Long, nous glissons dans la plaine et empruntons un chemin de terre qui mène au village de Saint Hyppolite. Ce chemin passe par une petite colline boisée qui a pour nom « mont oratoire », lieu au passé chargé d’histoire. Prenant dans Saint Hyppolite le chemin des sources, nous poursuivons notre approche du géant de l’uzège. Bientôt, nous nous trouvons face à une montée rendue impressionnante par les pluies de l’automne. Ces dernières ont creusé dans le sol de larges fossés et n’ont laissé que des grosses pierres, un peu indigestes pour nos pneumatiques. Heureusement, un petit sentier sur le côté à travers bois est, lui, tout à fait praticable et nous permet, par paliers successifs, d’atteindre la partie supérieure. Un peu de roulage sur la crête nous remet du baume au cœur. Puis le chemin monte à nouveau assez fortement, sur des pierres et, tout à coup, c’est le bonheur. La cime est là, à notre portée. Il ne nous reste plus qu’à nous hisser, en ayant pris soin de ranger les vélos, sur les gros blocs de calcaire pour pouvoir admirer toute la beauté du paysage. Une séance photos à cet endroit est inévitable. Ce que nous nous empressons de faire.

Le retour se fait du côté de Saint Victor des Oules. Un petit sentier sympa, tout en descente, nous ramène au niveau de la plaine. Nous passons devant les vestiges d’un ancien four de potier. Saint Victor des Oules regorgeait vers le 12ème siècle de ces potiers qui, utilisant l’argile colorée de l’endroit, fabriquaient marmites et chaudrons, autrefois appelés « oules » d’où le nom du village.

Il ne reste plus qu’à suivre les chemins, goudronnés par endroits, qui conduisent au Moulin Neuf, puis au Mas Laurent et ensuite à Uzès. La montée du Serrebonnet est un peu dure mais, elle se monte bien tout de même.

Une bonne petite boisson à l’arrivée, à la terrasse du café de l’esplanade, nous remet en pleine forme.

Non Camille, je n’ai rien oublié. C’est vrai que j’ai chuté dans la descente de Saint Victor mais, c’était pour faire une démonstration : comment ne pas placer sa roue avant dans une ornière. J’avais juste oublié de prévenir que j’allais faire une pirouette…… Et puis rien de tel qu’une bonne bûche à l’approche  de Noël !

Joyeuses fêtes à tous.

Reprises des sorties le Samedi 10 Janvier 2015.

____________________