La garrigue de Sanilhac :

3 vététistes aujourd’hui pour la sortie hebdomadaire du Samedi : Camille, Gilles et Alain.

Nous nous dirigeons tout d’abord vers le circuit des ”Capitelles de Blauzac” que nous traversons de part en part pour déboucher dans la plaine au niveau du mas des Alhuguens. Le chemin qui descend à cet endroit est particulièrement accidenté et demande une grande concentration de pilotage sinon c’est la chute assurée. Nous coupons la route Uzès-Nîmes pour remonter par le chemin balisé FFT N°1. Ce chemin monte assez fort par endroits dans les cailloux avec lesquels il faut négocier sans cesse. La végétation devient aride. C’est la garrigue de Sanilhac, pure et dure. Arrivés au sommet, nous bifurquons vers la droite pour prendre ensuite sur notre gauche un sentier descendant assez ludique qui nous ramène vers les premières maisons de Sanilhac. Le site est vraiment pittoresque et nous redonne à penser qu’un TRJV pourrait y avoir sa place. Au travers des taillis, il y a tout un ensemble de chemins montants et descendants qui serpentent en tous sens et qui allient les caractéristiques sportives et les difficultés techniques nécessaires à une compétition de cette nature. A méditer. Débouchant dans le village, nous nous dirigeons vers le château d’eau que nous dépassons pour aller chercher bien plus loin un sentier descendant, rocailleux qui ramène vers la plaine du côté de Saint Maximin. De gros arbres couchés par la tempête de la semaine dernière obstruent le passage et nous forcent à les contourner avec portage de nos machines au milieu des broussailles. Arrivés dans la plaine, nous coupons la route à hauteur du rond-point de Saint Maximin et grimpons en direction du village. Nous prenons ensuite en sens inverse le ”25 Km” de la vététruffes 2015. Malgré la difficulté due au ravinement de la combe de l’Evescat, nous nous engageons dans celle-ci pour la remonter entièrement et finir par le ”35-45 Km” de notre rando annuelle. Nous dé-balisons au passage les parties qui n’avaient toujours pas été faites et rentrons à Uzès par la remontée mythique du Pin Bérard.

Cette boucle de près de 30 Km, alterne toutes sortes de situations requérant parfois une bonne maîtrise dans la conduite de son 2 roues et se révèle être à elle seule un véritable parcours d’école de VTT. Gilles a été ébahi tout au long du circuit par l’aisance de Camille qui a montré une grande facilité devant la difficulté du terrain. Je n’en pense pas moins. A noter aussi que les arbres couchés ici et là sur le parcours nous ont beaucoup impressionnés et montrent la fragilité de la nature face aux éléments déchainés.

_________________