Circuit des sablons

Aujourd’hui un bon petit groupe s’est formé pour la sortie hebdomadaire du Samedi. Il y a Françoise, Catherine, Camille et son petit Pierre, notre coqueluche à tous, Gilles, Bruno et Alain.

La sortie se dirige vers Saint Victor des Oulles via la plaine. Arrivés sous le village, nous nous engageons dans la partie dite des « sablons » et prenons le chemin ascendant qui nous mène en surplomb de la carrière de Vallabrix. La montée n’est pas facile, truffée de parties piégeuses dans le sable et les ornières dues aux violents orages. Nous atteignons le point haut et roulons en direction de la sortie des carrières au-dessus de Saint Victor. L’endroit n’est pas, lui non plus, facile à négocier car la zone n’est pas franchement accueillante. Mais le groupe du Samedi est composé de vététistes courageux, intrépides, volontaires, audacieux et perspicaces (rien que ça). Aussi nous rejoignons malgré toutes les difficultés la petite route au-dessus de Saint Victor. Après un brin de roulage sur celle-ci, nous prenons un chemin sur notre droite et entrons dans le lieu dit « Rouziganet », boisé d’une belle forêt de chênes. Nous passons sous le terrain de Moto-Cross, traversons la carrière où sont extraites les argiles et venons sortir dans “Coucouyon” près du carrefour de Flaux sur la route de Bagnols. Nous roulons en direction de Flaux par la route des Lauzières jusqu’à prendre un joli monotrace qui se dirige vers le Mas des Agasses. Juste avant celui-ci nous tournons à droite sur un large, très large, méga large DFCI (où s’arrêteront-ils?) et coupons la route de Valliguières en un lieu que les chasseurs locaux appellent « la borne ». Le chemin que nous empruntons, en face, mène à la « Pierre plantée ». Nous la dépassons, bifurquons à droite pour nous engager sur le chemin qui mène aux « Montagnes », près du champ de tir de Saint Siffret. Mais, nous n’allons pas jusque là. Par un monotrace descendant qui se roule à bonne allure, nous entrons dans le « Contract » et descendons le Vallon de « Caunaries » qui a subi lui aussi les outrages des intempéries. Nous le quittons un peu plus bas pour le monotrace qui vient déboucher à la cabane des chasseurs au-dessus d’Argilliers. De là, nous venons sur Saint Siffret et arrivons à Uzès après 39 kilomètres de roulage.

Le circuit d’aujourd’hui présentait quelques difficultés de taille à certains endroits et des passages techniques dans leur franchissement à d’autres endroits. Hormis ces points, il y a eu beaucoup de zones roulantes notamment dans la partie plaine et sur le plateau de retour vers Saint Siffret. Sa longueur était peut-être un brin excessive mais il est bon de temps en temps de s’entraîner sur des distances un peu plus longues. Le gain en endurance est à ce prix.

____________________