Autour des gorges du Gardon:

pano colliasAujourd’hui la sortie du Samedi réunissait un groupe de 8 vététistes bien enclins à en découdre avec les gorges du Gardon. Présents sur le lieu du rendez-vous : Françoise, Catherine, Nadine, Gilles, Michel, Maurice, Alain et Dominique un peu plus tard lors de notre notre passage à Sagriès.

Après Sagriès, nous roulons en direction de Sanilhac en empruntant le chemin qui longe la crête Est de la combe de Marque Pierres. Dominique nous propose un bout de chemin à travers les ruelles du vieux village. Le tourisme et la découverte faisant partie de nos objectifs de sorties hebdomadaires, nous faisons ce petit détour avec plaisir. Les choses sérieuses commencent lorsque nous nous engageons sur le chemin ascendant qui mène sur le plateau dominant les gorges du Gardon. La montée n’est pas très dure mais le sol rocailleux ajoute de la difficulté au pédalage. Le groupe s’étire. Chacun s’efforce de tenir jusqu’au sommet. Nous atteignons enfin le GR 6, beaucoup plus roulant et moins pentu. Le groupe s’est reformé et roule maintenant en direction du point de vue qui se situe au-dessus du Gardon et de ses falaises abruptes. Il est toujours très agréable d’admirer le cours de la rivière depuis cet endroit même si celle-ci ne coule pas très fort en ce moment. Quelques photos immortalisent l’instant de notre passage. Nous reprenons notre route pour évoluer dans un grand espace vallonné, embaumé de toutes sortes de senteurs émanant des plantes de la garrigue environnante dont la floraison explose en ce moment : iris sauvages, cistes, romarin, myrte et autres essences méditerranéennes. La vue y est également superbe et invite à la méditation. Un peu plus loin, nous nous arrêtons à nouveau pour contempler un autre site qui offre une vue imprenable sur le pont de Collias. Une descente de difficulté moyenne nous conduit ensuite jusqu’au village. Nous longeons un instant le Gardon avant de nous engager sur le pont. Arrivés au bout de celui-ci un virage à droite nous met face à la deuxième difficulté du jour : l’ascension de la Torte. Ce chemin emprunté autrefois par les charrois permettait la liaison avec l’autre versant du massif et avec la ville de Nîmes. D’après Gilles, cette montée est facile car sa déclivité a été calculée pour que les bœufs puissent tracter leur chargement. Oui, mais nous ne sommes pas des bœufs et la pente est raide surtout dans les premiers hectomètres et puis, il y a les cailloux qui renforcent la difficulté de la progression ! Une première halte au point d’observation qui domine le village nous permet de nous décontracter les mollets avant de poursuivre notre chemin jusqu’en haut de la côte. Là, le chemin est tout plat et le vélo avance presque tout seul. Presque. Bifurquant à droite dans une grande ligne droite, nous faisons un aller-retour sur un chemin, carrossable au début, accidenté par la suite avec un peu de portage pour découvrir un autre lieu de contemplation du paysage. Lorsque nous arrivons au bout de la Torte au-dessus de Cabrières, Dominique nous conduit sur un sentier qui revient vers le Mas de Laval. Mais quel sentier ! Beau mais, casse pattes avec même un toboggan au milieu. Nous atteignons tout de même le Mas, le contournons par la gauche pour nous diriger vers la grosse descente, en escalier parfois, qui finit à l’Ermitage. Nous en faisons d’ailleurs une bonne partie à côté de nos montures. L’Ermitage et sa chapelle sont toujours aussi prenants à visiter. Ce lieu chargé d’histoire de plusieurs siècles a été le point de rencontre de tant et tant de générations qui se sont succédées en cet endroit. Un peu plus bas, une source jaillit par un trou au pied de la falaise remplissant une jolie petite vasque qui s’écoule ensuite dans la rivière naissante. On imagine que cette eau est à l’origine de la création du sanctuaire et de toute l’animation humaine qui s’y est développé. Nous revenons à Collias par le magnifique chemin qui descend vers le Gardon et qui, par endroits, traverse en sous bois de magnifiques buis centenaires. Le retour à Uzès se fait tranquillement par le chemin de Perret.

Ce circuit en forme de double boucle se réunissant au pont de Collias a permis de découvrir pour les uns et de redécouvrir pour les autres une très belle partie de notre région avec le Gardon et ses gorges comme pôle d’attraction. La beauté de la nature et des lieux traversés font vite oublier les difficultés que nous avons pu rencontrer sur le parcours et c’est bien là l’essentiel.

______________________

 

La trace GPS : sortie uzes collias