La combe de Picouvert:
Malgré un ciel chargé de gros nuages noirs, le groupe VTT du Samedi se trouve fort de 11 participants au départ de l’esplanade : Camille notre seule et téméraire féminine, Pierre son fils, Nathan, Camille, Guillaume, Robin, Mathéo, Raoul, Claude, Pierre N et Alain B.

Nous décidons d’aller du côté de Saint Siffret en passant par Saint Maximin et en empruntant chemins et monos qui y conduisent. Après Saint Max, nous passons derrière le lotissement des Santolines et poursuivons notre progression en direction de Bornègre ou plutôt de la combe de Picouvert juste au-dessus. Il y a longtemps que le groupe ne l’a pas empruntée et peu d’entre nous la connaissent. La montée est un peu chaotique, sur un pierrier instable, humide au milieu de branchages qui réduisent considérablement le passage. Claude, pas très aguerri à ce genre d’exercice, est à la peine mais, son courage et sa hardiesse l’emportent sur son subit découragement. Malheureusement pour lui et un peu pour les autres aussi, je fais une erreur de guidance en voulant forcer le passage dans la partie supérieure de la combe. En effet, celle-ci se ferme progressivement et nous devons revenir légèrement en arrière pour emprunter le sentier de bordure qui permet de rejoindre la sortie. Un jour, peut-être, une bonne âme charitable ira en ce lieu jouer de la débroussailleuse pour le rendre praticable. Sait-on jamais? A l’approche de Saint Siffret, nous prenons le chemin dit “des plaques“ et nous arrivons rapidement sur la D 306 entre Saint Max et Saint Siffret. Claude, rompu de fatigue, rentre chez lui directement. Le reste du groupe rentre aussi sur Uzès en tirant tout droit, d’abord en coupant par le haut de la combe de l’évesquat puis par la descente vers le château Bérard et la montée des druides. Nous arrivons à temps pour nous rendre à l’AG du club. Mais quelle aventure !

En fait, ce circuit n’est en définitive pas si compliqué que ça et a même l’avantage de présenter différentes zones de roulage qui rompent avec la monotonie d’un tracé trop simple. La seule et réelle difficulté réside dans la montée de Picouvert. Celle-ci requiert effectivement une bonne expérience de pilotage en terrain accidenté mais, cela peut être évité facilement en prenant dès le départ le chemin de crête qui jouxte le fond de la combe.

_______________