Le circuit du Montaigu :

Nous sommes 8 à 14 heures pour effectuer une nouvelle sortie par un après-midi presque printanier. Il y a Jean-Luc, Aloïs, Raoul, Guillaume, Gilles (Saint Siffret), Gérard et les 2 Alain. Tiens, pas de dames aujourd’hui. Mais où sont-elles donc passées? Tout d’abord, histoire de changer un peu, nous prenons derrière l’ancien hôpital. Dans la descente piétonne qui mène au moulin de Gisfort, Gilles nous fait une belle pirouette avant, heureusement sans gravité aucune. Il est vrai que ce passage est particulièrement périlleux tant la pente est accentuée et le sol inégal, masqué en partie par les feuilles mortes entassées depuis l’automne et par la végétation qui l’envahit peu à peu. Après être passés par le sentier des « plaques », nous atteignons l’Alzon au moulin de Carrière. Nous poursuivons ensuite notre chemin en direction de la combe de l’Evesquat. Nous remontons cette dernière, croisant au passage l’ami Péto et Madame qui promènent avec leur toutou et bifurquons à droite pour rejoindre le plateau de Saint Siffret. Nous y faisons un brin de roulage avant de basculer, par quelques drailles et clapas pittoresques, dans la plaine. Nous traversons celle-ci pour rejoindre le village de Saint Hyppolite et son fameux Montaigu. La montée sur le géant de l’uzège s’effectue par le chemin habituel emprunté plusieurs fois par le groupe. L’ascension n’est pas très dure bien que certaines sections nous forcent à descendre de nos machines car leur pente est trop forte pour nos frêles gambettes. Nous atteignons le sommet et admirons un instant le paysage. Nous nous sustentons un peu avant d’attaquer la descente directe vers Saint Victor des Oulles. Dans le village, nous descendons un poil trop bas aussi, pour rattraper notre chemin, nous nous égarons un peu dans le lotissement de la rue des Jardins. Heureusement notre flair nous remet rapidement sur la bonne voie et nous gagnons les « Sablons » dans lesquels nous faisons un joli petit parcours à travers sa forêt de hêtres et de pins. Nous nous dirigeons ensuite vers la Madonne de Saint Quentin, louvoyant un peu avant de l’atteindre, sur les monos qui précèdent. Le retour à Uzès est traditionnel, par le chemin du mas d’Ayran et le centre équestre de l’Orégon.
Ce circuit présente quelques difficultés techniques lors de certains passages du fait d’une déclivité un peu forte ou d’un terrain bosselé, caillouteux, inégal. Cependant son aspect sportif et ludique allié à de magnifiques vues paysagères en fait un parcours bien équilibré et agréable.

________________

[sgpx gpx=”/wp-content/uploads/gpx/2017-03-11-18-26-06-vélo.gpx”]