Le château de Belvezet:

Mathéo, Robin, Lilian, Nicolas, Raoul, Jean-Marc, Gilles J et Alain font partie de cette nouvelle sortie.

Nous partons aujourd’hui en direction du château de Belvezet. Le départ s’effectue par le quartier de Jols suivi par la montée sur le plateau de Montaren. Un brin de roulage nous mène ensuite sur les hauteurs de Belvezet avec vue dans le lointain sur le mont Bouquet. La descente vers le Mas des 3 églises, hameau de Belvezet, se fait par l’unique sentier qui y conduit, très pentu, très rocailleux et entaillé d’ornières profondes. Cette descente, assez technique, requiert de bonnes compétences de pilotage en terrain accidenté. Chacun arrive en bas à son rythme et sans incident particulier. Après la traversée du Mas de l’Ancienne Eglise et un beau soleil de Nicolas lors du franchissement d’un talus abrupt, un sentier tout en petits lacets nous conduit au chemin qui monte au château. Ce chemin s’élève dans une belle forêt plantée de grands arbres. Il faut appuyer fortement sur les pédales pour gravir la colline et atteindre les ruines de ce qui fut autrefois un bastion de l’époque médiévale. Sa destruction, par les paysans locaux écrasés d’impôts et de servitudes, témoigne de la rudesse de l’époque. Nos “Gilets Jaunes“ n’ont rien inventé. Après un petit repos au pied des ruines agrémenté d’une sucrerie, nous continuons en longeant la crête pour effectuer un retour par Marignac. Mais, nos nombreux arrêts nous ont retardé et Lilian, nouveau jeune dans le groupe peine à avancer. Il est au bord des crampes. Je le comprends tout à fait lorsque j’échange mon vélo avec le sien. Tout à coup, c’est lui qui s’envole et c’est moi qui stagne. Ce vélo, trop petit, mal équipé et surtout sans aucune efficacité dans le freinage ne convient pas du tout pour effectuer une randonnée dans un terrain aussi rocailleux et aussi valloné. C’est à s’y rompre le cou. Lilian m’explique qu’il aura bien un autre vélo mais pas avant Noël. Nous raccourcissons donc la sortie et revenons vers la combe de Pousselargues pour en faire la descente et nous rapprocher de Serviers. Une crevaison dans la descente de celle-ci nous retarde un peu plus, d’autant que, depuis le départ, nous en sommes à notre deuxième crevaison. Après la Baume, nous nous orientons vers Saint Médiers. Mais, dans le petit sentier juste avant le village, Mathéo brise sa chaîne. La réparation prend un certain temps et le retard s’accentue.

C’est au moment où les véhicules commencent à allumer leurs feux de croisement que nous entrons dans Uzès après un périple de près de 40 Km. Tout le monde est fatigué mais, content de cette sortie malgré les quelques petits avatars que nous avons rencontrés.

__________________