La boucle de Sanilhac:

Nous partons seulement à trois pour cette nouvelle balade en garrigue. Il est vrai que le temps particulièrement incertain n’incite pas à sortir le vélo. Ce sont donc Gérard, Nicolas et Alain qui se retrouvent sur le tarmac de l’esplanade. Notre première direction est celle du vieux pont romain pour rouler ensuite dans la plaine jusqu’au croisement de la route de Nîmes et de Malaïgue. Nous allons alors en face découvrir, pour les tester, les nouvelles pistes récemment ouvertes dans ces “avaous” inextricables. L’avancée est hasardeuse, à la limite du praticable, car le débroussaillement, incomplètement effectué au ras du sol, rend la progression très difficile et à gros risques pour les crevaisons. Il y a en outre les innombrables zones pierreuses dont le franchissement est loin d’être aisé. Une chute de Nicolas atteste d’ailleurs de la difficulté de ce parcours. Nous atteignons finalement le sommet tout près de la grosse citerne à incendie. Ce tracé ne recevra certainement pas notre visite de si tôt. Un roulage de part et d’autre du plateau nous amène peu à peu à Sanilhac. Nous descendons alors sur Sagries et rentrons à Uzès rattrapés par la pluie dans la montée de pin Bérard. Nous arrivons à notre point de départ bien trempés et à la nuit tombante.

Cette sortie n’a pas été très longue en distance car nous avons perdu beaucoup de temps à chercher un passage pour atteindre le plateau de Sanilhac par une autre voie que celles qui nous sont coutumières. Cependant cela nous a fait faire de la prospection de chemin ce qui n’est pas au final du temps perdu pour rien. Péto et Philippe, si vous vous ennuyez, il y a là du travail pour tout l’hiver….

Comme nous avons pu le constater aujourd’hui, la nuit arrive vite surtout par temps pluvieux. Aussi le moment est venu de reprendre les horaires d’hiver et de se rassembler à partir de Samedi prochain sur l’esplanade pour un départ à 13 heures 30 précises.

_____________