La garrigue de Sanilhac

Aujourd’hui notre balade VTT nous conduit du côté de Sanilhac. Nous passons par le pont romain, traversons la route de Nîmes pour emprunter celle qui va en direction de Sagries. A l’entrée du village, nous prenons un raidillon sur la droite balisé de jaune (PR). Celui-ci monte dur et nos mollets ne sont pas encore très chauds, alors ça tire davantage mais, ça passe. Ce sont les « filles » qui arrivent les premières au sommet: Catherine et Camille suivies de Gérard et de moi, Alain.

Un brin de repos sur le plateau avant de continuer sur le chemin de crête et de basculer plus loin sur le versant opposé à notre ascension. Avant la descente, nous découvrons le pont Saint Nicolas dans le lointain, un peu perdu dans les brumes. Par un chemin très rocailleux, nous atteignons la plaine, traversons la route de Sanilhac et reprenons un chemin de l’autre côté. Nous sommes à ce moment sur le circuit FFC N°1 et nous continuons sur son tracé qui suit l’orée des bois. Tout au long de ce chemin, poussent ces grandes plantes, sèches actuellement mais fleuries au printemps, que l’on nomme « férule ». Les tiges de ces dernières étaient utilisées autrefois par les maîtres d’école comme baguettes de correction pour les enfants indisciplinés. Et pan sur les doigts !

Notre périple se poursuit ainsi jusqu’à arriver à la route Sanilhac/Collias que nous coupons juste avant le menhir. De là un autre chemin nous conduit dans la plaine du côté de Saint Maximin. Avant de passer le moulin du « Gavot », nous pouvons admirer le ballet de dizaines et de dizaines de montgolfières qui s’élèvent dans un ciel gris depuis la vallée de l’Eure d’Uzès. C’est féérique.

Nous suivons ensuite la route jusqu’au village de Saint Maximin, empruntons le sentier qui passe au bas de la combe de l’Evesquat et qui conduit derrière Carrignargues. Nous regagnons ensuite notre point de départ non sans être passés par l’inévitable « Pin Bérard » et sa montée épuisante en fin de parcours.

Ce trajet n’a rien de bien innovant, il n’est pas trop difficile non plus à part quelques passages mais, il est agréable d’y rouler dessus de temps à autre. On y découvre toujours quelque chose.

__________________