D’abord je tiens à vous remercier pour votre aide qui m’a permis de participer aux championnat du monde de Xterra. J’ai vécu une course exceptionnelle, très dure mais avec beaucoup de plaisir !

Je voulais dire aussi que le Vetathlon à St. Sifflet était vraiment une très, très belle course, super parcours, parfaitement organisée. Tout le monde était content ! Vraiment un grand bravo ! Je suis fière d’être dans un club aussi motivée et aussi actif !

VERENA – Mauï 2012

Le voyage s’est bien passé, sauf des soucis des vélos (on les as reçus que 3 jours plus tard) et une alerte tsunami…

Une vraie aventure que ce voyage au championnat du monde. A tout point de vue une grande expérience pour moi ! Il y a un tellement d’images et d’émotions qui y sont liés que je ne sais pas où commencer et ou finir!

Je ne raconte que la course, sinon je vais écrire un livre.

Enfin le moment qu’on attend depuis presque 3 mois !  Je ne peux pas dire que je ne suis pas stressée, mais avant la course je suis moins stressée que Stéphane. Normal, moi j’étais déjà concentrée et je savais que  j’allais pouvoir me défouler. D’abord poser le vélo (il y a pas de contrôles pour rentrer dans le parc). Préparer les affaires, parler avec les nanas à côté de moi, récupérer la puce et le bonnet (aux états-unis on ne le reçoit pas avec le dossard) et faire le tatouage réputé avec le tampon ! Ce moment là je le vit vraiment intensément. Je comprend que c’est moi, oui moi, qui vais y participer !

Après l’échauffement il est temps d’aller à la plage pour le départ, faire connaissance des vagues. Pour les décrire c’est difficile, je préfère que vous regardez les photos, vous allez voir par vous même que c’était vraiment énorme! Juste avant le départ il y a la cérémonie d’un “prêtre” hawaiien qui bénie la course et donne l’occasion de se faire bénir par lui personnellement ! Cette occasion je ne la rate pas. Oh c’est incroyable!

Maintenant ça peut commencer, je me sens prête pour vivre cette course avec tout ce qu’elle va m’apporter! Le départ se fait en trois vagues, les élites, les hommes et après les femmes. Au coup de pistolet je prends un bon départ je vois que je suis bien placée, à mi-chemin on revient sur les hommes, faut trouver sa place, faut pas avoir peur des vagues. Ou plutôt pas se laisser décourager car j’ai l’impression que je n’arriverai jamais au bout, les vagues me laisse pas avancer. Mais c’est pas grave j’aime vraiment quand c’est difficile, une vraie natation. En plus quelle chance de nager dans cette eau turquoise, on voit le fond. Fini de rêver ! A la sortie, il y a une vague qui me renverse. Sonnée, je me relève avec un craquement dans les lombaires ! Je m’aperçois que j’ai perdu mes lunettes ! Le temps que je réalise je suis déjà sortie le l’eau, j’entends Stéphane crier: ” Verena !” il me lance des lunettes COMMENT IL A PU REAGIR AUSSI VITE ? Je crois que c’est l’amour hi hi hi.

C’est reparti, une deuxième boucle, j’ai du mal à m’orienter, en plus les vagues me portent plutôt dans l’autre bout de plage. Ouf, première discipline, c’est fait.

Le parcours vélo n’est pas plus facile, il faut relancer sans arrêt. Dans les monotraces ça bouchonne, dans les descentes je n’arrive pas à rester debout sur le vélo, j’ai trop mal au dos. Mais je suis heureuse ! Je me permets de faire un coucou à chaque caméra en sachant que vous me suivez nombreux devant votre ordinateur ! On traverse des paysages magnifiques, la terre change du rouge au blanc. On passe des champs de ” pineapples”, des vues splendides sur le pacifique. Oui, et moi j’y suis !

Entre profiter, decouvrir et souffrir, le temps passe vite, je reviens au parc de transition, je revois Stéphane, quel plaisir de partager tout ça ! Quelle chance de faire du triathlon, 3 fois la chance de profiter et de faire des efforts différentes, 3 fois l’échange avec la nature.

Le parcours course à pied est un rêve pour les traileurs, que des petits chemins, beaucoup des passages très raides, dans les sous-bois et dans le sable. Après 2 miles je trouve des vraies bonnes sensations, je me sens bien, j’en profite, j’allonge ma foulée. Je m’en rends compte maintenant, je vais avoir mon COLLIER de FLEURS ! Les derniers mètres sur la sable, je suis presque tentée de ralentir pour profiter encore plus longtemps de ce moment et de cette course.

Je franchi la ligne d’arrivée, je reçois mon collier, une médaille, pas besoin de vous dire ce que je ressens ! J’embrasse Stéphane, je pense à vous tous à la maison, c’est vrai, je sais que vous êtes avec moi ! Je dis à Stéphane: c’est déjà fini ? Il a fait un sacré boulot à l’entraînement car physiquement j’étais prête pour cette course même après ma longue saison qui s’est  super bien déroulée ! Merci a toi mon amoureux !

Il me reste qu’à dire deux choses: MERCI à vous, sans vous je ne serais pas là. Et… quand  aurais-je la chance de revenir ?

Moi, je vois la vie comme une découverte des pleins de choses. Et une course c’est pareil, j’ai découvert un pays, mon corps et surtout votre gentillesse !