Certes il ne porte pas nos couleurs mais celle de l’AVC Nîmes. Il n’en demeure pas moins que Loris LARNAC est un uzétien pure souche. A ce titre nous nous devons de saluer sa trés belle victoire au 75ème Grand Prix cycliste de St Quentin. En trés bonne forme depuis quelques semaines, il l’avait d’ailleurs démontré lors de la course d’Uzès, Loris était déterminé sur la ligne de départ, malgré la chaleur ambiante. Patience et vigilance durant les premiers tours, bouclés à vive allure.
Quand la “bonne” est partie, vers la mi-course, il a su réagir au bon moment et combler rapidement, avec deux compagnons, les 45 secondes qui les séparaient des quinze fuyards.
DSC01169-300x225
Le plus dur restait à faire, reprendre son souffle,  surveiller les meilleurs sans y laisser trop de jus, ne pas s’affoler, se laisser pièger bêtement….
A ce jeu, Loris ne craint personne. C’est vrai qu’il a été à bonne école, avec son père Thierry et son oncle Patrice. Chez les Larnac, le vélo est une affaire de famille ! Il a su garder son sang-froid dans les derniers tours, et pourtant, les attaques fusaient de toutes parts !
Début du dernier tour : six coureurs creusent le trou, derrière on se regarde, un peu trop.
Loris est à l’arrière….Ca réagit, enfin ! Loris embraye avec les autres, ils reviennent sur le petit groupe. Ca ralentit à la jonction…Loris ne réfléchit plus, les jambes commandent désormais. Il met tout à droite, se lève sur les pédales, fait le trou, tout de suite….
Les autres se regardent quelques secondes, quelques secondes de trop !
Loris est à trente mètres maintenant : Il ne pense qu’à un truc, relancer, relancer ! Car il reste deux bornes à tenir !
Il sait que derrière on s’affole, on calcule…
Lui ne peut plus se payer ce luxe.
Dans le groupe, ils sont tous à bloc, ils reviennent, 25 m, 20m, 10m…..
Mais Loris le connait comme sa poche ce circuit, il relance encore et encore, profitant de l’épingle du croisement de la route d’Uzes. Il reprend 20 m, et fonce, toujours, les jambes brûlantes…..
La ligne, ça y est, il la voit…coup d’oeil rapide derrière…..toujours 20m….
Il le sait maintenant, il va gagner…… il gagne !
Il peut lever les bras et savourer…..
Gagner seul, trente mètres devant un groupe de furieux, c’est le pied intégral !
Et ses parents, là, un peu plus loin….
Les yeux brillent, piquent même un peu….
Les jambes ne brûlent déjà plus….

Bravo Loris, superbe victoire ! Elle en appellent d’autres, assurément !”