“On ne pouvait espérer meilleure météo que celle dont nous avons bénéficiée ce samedi pour notre sortie route en Cévennes.
C’est en effet sous un beau soleil que notre groupe s’est élancé de Chamborigaud, vers 9h30 : quatre féminines, des vététistes qui pour l’occasion avaient changé de montures, des routards, trois nouveaux, et même Stéphane HEROLD, qu’on ne présente plus, heureux de venir pédaler cool avec nous. 16 au total, chaperonnés par l’ami Jean-René au volant de la voiture suiveuse.
Comme prévu, ça démarre tranquille, par quelques kilomètres plats ou en pente douce. On reste sagement en file indienne, il y a un peu de voiture sur cette route, mais pas pour longtemps. En effet, les choses sérieuses vont commencer, 15 bornes de montée.

On prend une route à gauche et là, on y est, on attaque le Pré de la Dame. Nos quatre dames, elles, appréhendent un peu. On les rassure, on va y aller tranquille. La première rampe, sévère, permet à chacun de trouver sa place, à son rythme. Les routards, rompus à ce type d’ascension, se partagent le groupe, surveillent les braquets, conseillent les trajectoires. Bien vite, Jean-René récupère les affaires de ceux qui s’étaient trop couverts. En effet, sous l’effet conjugué du soleil et de la pente, la température grimpe vite ! Plus vite que nous ! le paysage est magnifique : Il avait bien raison Monsieur Jean, quand il chantait “que la montagne est belle” en évoquant nos Cévennes ! Peu de voiture, il n’y a que nous, le revêtement est bon, on savoure. A chaque kilo, une borne nous indique ce qu’il nous reste à faire jusqu’au sommet et surtout le pourcentage qui nous attend dans les 1000 m à venir: 5,4%, 4,8%, 6,6%, 8,7%….. Je suis à côté de Maurice, je lui lis tout ça : “Arrête, arrête, tu me coupes les pattes !” me lance-t’il ! Mais je sais bien qu’en passant, il jette un œil e à la borne lui aussi ! Ça monte, ça monte, finalement assez régulièrement. Arrivée au belvédère des Bouzèdes, petit arrêt, pour admirer les sommets environnants. On souffle un peu, et ça repart. Jean-René, tel un pro, remonte régulièrement tout le monde, s’arrête, prend des photos, propose à boire, repart. Les épingles se succèdent, les prendre bien à l’extérieur, là où ça monte le moins, pour souffler un peu. Allez les gars, plus que quelques kilos : 5, 4, puis 2,9, 1,9, 0,9. Le dernier monte moins. En plus, la pancarte en vue redonne la pêche, certains accélèrent, c’est bien, ils ne sont pas vidés.
Là-haut, la récompense, on est sur l’un des toits des Cévennes, avec une lumière rayonnante sur des couleurs rares.
Arrêt, photo traditionnelle devant le panneau du col, une petite barre, on boit un coup, on enfile le coupe-vent, et c’est reparti. Une descente abordée avec prudence, car elle est piégeuse : quelques virages qui se referment, et surtout des graviers partout, prêts à vous envoyer au tapis au moindre coup de frein mal dosé ! Ça stresse un peu du côté des filles, les routards restent près d’elles, les rassurent. Arrivée sur Villefort, on se regroupe, les premiers sont descendus vite. On remplit les bidons, on repart : petite grimpette sur 800 m à la sortie du bourg. Daniel crève. Réparation expresse, grâce à la pompe à pieds prêtée par un riverain.
On repart pour 15 bornes de plat ou descente légère, que du plaisir. Daniel, l’autre, le Chef, organise les relais. Pas évident de tourner régulièrement, que le groupe reste homogène, tous collés les uns aux autres. Comme le dit l’un d’entre nous “Y a du boulot !”. Mais l’exercice est apprécié, jusqu’à Chamborigaud, où un bon repas nous attend au resto du coin.
Finalement, une très belle journée de sport et de convivialité que nous nous promettons de renouveler plus souvent.”

[nivoslider slug=”photos-sortie-cevennes”]